lundi 15 septembre 2014

À votre bon cœur.


Bonjour à tous,

Ça fait quelques jours que je ne vous ai rien posté. Tout d’abord, parce que niveau dessin, je prêtais mes (ahem) talents à quelqu’un d’autre pour un résultat que vous ne tarderez sans doute pas à voir (et entendre), et ensuite parce que je n’avais somme toute pas grand-chose à raconter. Ah aussi, j’ai lu le Comte de Monte Cristo, ça m’a pris du temps.

Bon, ce blog existe depuis quelques années, et on ne va pas se leurrer : vous ne lirez jamais un album papier signé de ma plume, et vous ne me verrez jamais dans une séance de dédicaces. C’est comme ça que ça marche, et ça me convient très bien. MAIS, cependant, toutefois je me dis que j’aimerais pouvoir donner quelque chose à ceux qui voudraient avoir sur leur mur une petite bricole signée de ma main.

J’ai un moment pensé vendre les dessins faits pour ce blog, mais quelque part, ça m’embête : c’est tellement devenu un journal intime que j’aimerais bien que ma fille puisse tomber dessus un jour, vous voyez le truc.

Alors je me suis dit que j’allais dessiner des mini-œuvres destinées à ceux qui en voudraient.

Quand j’ai envie de me délier la main et que je n’ai rien à raconter, j’aime dessiner des villes et des banlieues imaginaires, sans trop savoir pourquoi. C’est mon truc, je suis désespérément urbain (note : si vous l’êtes vous aussi, lisez London Orbital de Iain Sinclair.) En plus, je me suis mis à écouter ces derniers mois le génial podcast 99% Invisible, qui parle d’architecture et de design, et ça a nourri ces dessins.

J’ai dessiné et peint pour l’instant 4 mini paysages de villes qui n’existent pas, au format carte postale (enfin, sur les photos, ce sont les pages de mon moleskine, mais je vais les découper au format adapté), numérotées de #1 à #4, et je les vends à 20€ chacune.

Jamais je ne ferais de projet Kickstarter ou autre pour financer ce blog, mais j’y consacre pas mal de temps, donc si vous le lisez et vous l’apprécier au point d’en vouloir un petit morceau, c’est le meilleur moyen que j’ai trouvé.
Je trouve que ça colle plutôt bien avec l’esprit que j'essaie de donner à ce blog depuis le début, où tout est fait avec mes chères mains sur une feuille, et envoyé directement chez vous.

Pour l’instant, j’appelle cette série Darkness At the Edge of Town, parce que c'est ce que c'est, et parce que Bruce Springsteen. Il y en aura autant que j’aurais envie d’en faire et que vous en voudrez, ce sont des pièces uniques (et donc, numérotées) qui ne seront pas sérigraphiées, et si celle que vous aimez bien a déjà été vendue, j’en ferai un autre qui ressemblera autant que possible (mais forcément différente.)

Oh, et dans les 20€, je compte le prix de l'envoi, tant que l'affranchissement reste raisonnable. Je n'ai pas encore trop réfléchi au moyen de paiement parce que je ne suis pas sûr d'en vendre un seul, mais les chèques marchent bien, et j'ai un compte paypal. On trouvera bien quelque chose. Si vous êtes intéressé, envoyez-moi un petit mail à jbahub(at)gmail.com (avec un @ à la place du (at), on s'est bien compris.)

UPDATE : les 4 dessins ont trouvé chacun un propriétaire, ce qui est très cool, de mon point de vue tout du moins. Le bon côté pour vous, si vous en vouliez un, c'est que maintenant, vous pouvez passer commande : en gros, si vous aimiez bien le numéro 1 mais que vous auriez plus vu le ciel en jaune pour aller avec la tapisserie de vos toilettes, et bien c'est possible ! Envoyez-moi un mail, et on verra ce qu'on peut faire. De mon côté, je vais continuer à dessiner d'autres villes, et quand j'en aurai au moins quatre, je ferai un nouveau post.

vendu !

vendu !

(vendu, yay !)


vendu !



jeudi 17 juillet 2014

Playlist mai-juin 2014


Hello, ces derniers mois, j'ai beaucoup bossé, et donc écouté pas mal de musique. Voici une petite sélection des trucs qui ont le plus tourné :

- Heal de Strand of Oaks, qui donnait jusque-là dans le folk, mais qui sur ce disque part dans tous les sens et réussi tout. Comme chez Arcade Fire, il y a de l'indie, de la new wave, du gros rock à la Springsteen, et pourtant ça ne ressemble pas du tout à Arcade Fire. C'est seulement super bien. Bah, écoutez. Je ne suis pas bon critique rock.

- Melting Sun de Lantlos. Avant, Lantlos était un groupe de black metal mélodique, ils ont enlevé le black metal, reste les mélodies (et les grosses guitares très shoegaze.) On dirait pas comme ça, mais c'est sans doute le disque le plus relaxant de cette sélection.

- Lighght de Kishi Bashi. De l'indie-pop fofolle et géniale jouée par un chanteur-violoniste, comme si Andrew Bird se laissait vraiment complètement partir. Enfin, je trouve. Je sais pas. Je vous ai dit que j'étais un piètre rock critic ?

- The Serpent & the Sphere d'Agalloch. Du métal très, très sombre (mais pas forcément trop violent, malgré la voix déchirée.) Du dark dark metal ? Du very very dark metal ?

- What's Between de Wife. De la pop electro jouée par l'ancien chef d'Altar of Plagues, qui donnaient eux dans le black metal (c'est donc une playlist à thème "gens qui ne font plus du BM"). Ça n'a plus rien à voir, à part que c'est tout aussi pas gai.

- Grey Lodge Wisdom de Will Stratton. Pour l'instant, pas de meilleur album folk sorti cette année. Il y a tout là-dedans : un jeu de guitare dingue, des paroles superbes, une histoire terrible, et des arrangements à tomber. Et c'est plein d'espoir.

C'est plus une playlist, c'est un grand huit émotionnel. Vous trouverez tout ça en cherchant un peu sur bandcamp et soundcloud, et je vous ai tout mis dans cette liste spotify.

A bientôt, pour, imaginez donc, peut-être un dessin.